11 janvier 2019

A Maisons-Alfort : un monument qui gagne à être connu

Soyons honnête, nous méritons un pan sur le naseau !

Dans un article précédent (voir ici) nous avions affirmé que, depuis 40 ans, nos grands maires (l'actuel et le maire honoraire) étaient hors la loi pour ne pas avoir installé de panneaux d’affichage au service de la liberté d’expression. Une lectrice fidèle, capable de pénétrer les moindres arcanes de notre ville, nous a envoyé une photo prise sur le territoire de notre commune montrant l’existence de 4 panneaux (pas moins).

Cette photo accentue un peu plus notre sentiment de culpabilité : que ce soit au plan du style de la sculpture que celui de la texture de la patine, cette installation semble très ancienne. Un historien émérite, féru d’antiquité, que nous avons consulté n’a pas su dater la chose. Nous envisageons de faire une datation au carbone 14.

Nous pouvons admirer ce vestige de l’art de l’époque (mais laquelle ?) sous le pont de l’autoroute A86, rue de la Convention, un lieu que personne ne fréquente si ce n’est les rats des villes. Cette relique nous montre que dans une ère ancienne, il existait dans notre ville un lieu où la liberté d’expression était vivace. Imaginer que des aurochs aient pu bénéficier d’une telle liberté nous remplit d’émotion.

Nous invitons le maire à réserver quelques euros pour la restauration et la conservation d’un tel monument, témoignage d’un pan, trop méconnu, de l’histoire de notre ville. Un déplacement et une exposition au musée du château de Réghat seraient bienvenus.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire