24 juin 2018

L’accès des enfants aux cantines à Maisons-Alfort : un peu de mémoire ne nuit pas


Dans leur expression politique du magazine de juin 2018, les conseillers municipaux de gauche dénoncent l’attitude du maire qui refuse l’inscription des enfants à la cantine lorsqu’un des parents ne travaille pas. 

Dans le même magazine, le Maire publie un article en guise de mise au point en affichant la liste impressionnante de tous les documents qu’il faut fournir (comme si on s’apprêtait à faire un contrôle fiscal). En demandant les bulletins de salaire des 2 parents, en sus du dernier avis d’imposition, on s’assure que les 2 parents travaillent (en quoi ces documents sont-ils utiles ? Bizarre !). Evidemment, on n’avouera jamais qu’on refuse les enfants dont un des parents ne travaille pas.

Certains maisonnais qui ont de la mémoire pourront remonter 17 années environ en arrière. Une polémique était née à propos d’enfants de demandeurs d’asile qui étaient logés dans un hôtel proche de la mairie et à qui on refusait l’accès à la cantine. L'adjoint au maire de l’époque en charge de la scolarité, M. Berthoux, avait répondu par courrier le 21 septembre 2001 que l'inscription de leurs enfants à la cantine leur était refusée, car seuls étaient admis les enfants " dont les deux parents travaillent ". 

Candide accès de sincérité ou bien volonté délibérée de montrer son opposition à ces enfants de migrants imposés par les lois de la République  ? Quoiqu’il en soit, à l’époque, on ne prenait pas de gants, on disait les choses cash. Le maire de l’époque, mentor de l’actuel maire, n’allait pas avec le dos de la cuillère (si on peut dire).

Sournoisement la même attitude ne serait-elle pas en vigueur ?

PS : dans le magazine, on ne peut que dénoncer le privilège du maire dans l’expression politique. Connaissant par avance la tribune de l’opposition, il peut à loisir répondre dans le même numéro, facilité dont sont dépourvus les groupes d’opposition.


21 juin 2018

Les sulfureuses amitiés marocaines du sénateur Cambon

Le sénateur LR Christian Cambon, président du groupe d'amitié France-Maroc et  président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense au Sénat, a remis à Mahmoud Archane la médaille d'or du Sénat. 
Mahmoud Archane a été commissaire de police. A ce titre, selon des organisations, dans les années 60 et 70 notamment, il aurait torturé ou fait torturer nombre d'opposants au régime d'Hassan II. Cet hommage rendu à " un des grands chefs tortionnaires du régime marocain " a fait grincer les dents de nombreux responsables politiques qui ont signé une lettre ouverte au Président du Sénat.
M. Cambon se défend en disant que cette médaille n’est pas en or et coûte 25 euros …
En plus Cambon est délicat  !
Un homme de tact qui veut passer de bonnes vacances au Maroc.

18 juin 2018

L'activité de quelques députés


Ci-après activité et présence à l'Assemblée Nationale de quelques députés connus dont le nôtre qui n'a pas une activité très violente contrairement à son collègue Woerth.

Carvounas, député d'Alfortville / Vitry n'est pas non plus un modèle d'hyperactivité. Dupont-Aignan et Collard ne vont pas faire un infarctus par burn-out quant à Dassault et Tabarot c'est quasiment l'électro-encéphalogramme plat…

C’est qui qui paye ?

On comprend mieux que l’électeur ne vote pas, il fait comme son élu ! 
  

































27 mai 2018

Cambon : une amitié à géométrie variable


Le très courageux Christian Cambon, président du groupe interparlementaire d’amitié France-Maroc, fera-t-il quelque chose pour que Mme Claude Mangin puisse voir son mari dans sa prison marocaine ?

Prisonnier sahraoui, son mari, Naâma Asfari, est détenu depuis sept ans dans les geôles du roi Mohammed VI. Figure de la résistance pacifique à l’occupation du Sahara occidental, Naâma Asfari avait été enlevé par la police marocaine. L’été dernier, au terme d’une parodie de procès, la cour d’appel de Salé confirmait le verdict de la justice militaire en le condamnant sans preuves à trente ans de prison ferme

Ce même Cambon vantait, il y a peu, l’amélioration de la condition des détenus au Maroc. Donc le mari de Mme Mangin est au Club-Med !

Sacré Cambon

Farah Minheus

23 avril 2018

Maisons-Alfort : elle est bien bonne !


Notre ancien Maire, qui a demandé à ses anciens collègues du Conseil Municipal de lui offrir services de voiture et services de chauffeur, signe - avec d’autres députés - une motion en faveur du vélo. Logique !

Les pistes, inachevées sur les «D 6» et «D 19», sont du Conseil Général. Et il ose écrire que la France a 20 ans de retard dans l’usage du vélo.

Dans la ville où il fut Maire pendant plus de 25 ans qu’a-t-il fait pour ce fameux plan vélo ? Rien !

Très rares sont les voies autorisées au double sens pour les vélos. Comme c’est beau, à présent, de soutenir les cyclistes à bord d’une voiture et d’un chauffeur gratuits !

Conclusion : que ne s’est-il fait offrir une bicyclette par son Conseil Municipal ?!

Sébastien Petite-Reine

22 avril 2018

Cambon : une amitié ça se soigne

L’ex-commissaire tortionnaire marocain Mahmoud Archane médaillé d’or par Christian Chambon au nom du Sénat français.

Invité de marque le 14 avril aux travaux du 4ème congrès du Mouvement démocratique et social (MDS), le sénateur a réservé une surprise à son hôte « pour les actions qu’il mène en vue de consolider les relations entre les deux pays ».

On trouvera ici comment ce dignitaire marocain s'est distingué du temps du régime de Hassan II.

De tels faits d'armes méritaient bien la reconnaissance de notre haute assemblée.

Jean Fonz