19 mars 2020

Un homme généreux

Notre député est infecté : la presse l’a écrit.

Précisons : infecté, pas infect ! Car ce qu’il a reçu de virus (à la buvette de l’Assemblée Nationale où il payait la tournée ?), ce candidat sur liste l’a vraisemblablement redistribué aux copains de sa liste.

Selon le principe de la pyramide inversée : je reçois un, je donne dix, ou cent. Le partage avec ses co-listiers est une belle chose. Car Herbillon est un partageux, un socialiste, presque un rouge ! Après avoir fait preuve de sa fibre sociale en cautionnant un prêt de sa secrétaire, le voilà qui donne le virus à ses amis. Généreux on vous dit !

Octavie Russ
😷

07 mars 2020

Fillon libère Herbillon

Au tribunal, François Fillon a déclaré : « pour un homme politique, il n’y a pas de frontière entre le public et le privé ».

Fort de l’enseignement de son ancien Maître, Herbillon pourra nous faire savoir pourquoi il a caché si longtemps son intimité avec la Secrétaire Générale de la Mairie, pourquoi il a accordé sa caution au prêt bancaire qu’elle sollicitait, pourquoi il l’a couverte lorsqu’elle émargeait illégalement à la « Géothermie », pourquoi il a oeuvré pour sa promotion dans l’ordre de la Légion d’honneur, pourquoi il l’a couverte de fleurs et d’euros lors de son départ à la retraite...

Il serait bon que Capitanio prenne position sur tous ces comportements. Soit, il a été berné, soit il est complice. S’il est complice, est-il bon qu’il soit Maire ? S’il a été berné, il sera encore berné.

Le changement dans la continuité ou la continuité dans le déni ?


Gérard Manvussiquon

02 mars 2020

Lateigne ou bernique

Nous avons eu Michel Montaigne qui nous a beaucoup apporté.

À Maisons-Alfort nous avons Michel Lateigne. Non content de se faire offrir bureau, voiture, chauffeur, - par la Mairie -, d’allouer trois mille euros (aux dépens de la commune, toujours) à sa compagne lors du départ à la retraite d’icelle, voilà qu’il revient au Conseil Municipal (encore à l’Urbanisme ?)

Un ancien maire qui n’arrive pas à décrocher des honneurs... et des indemnités qui vont avec.

Un homme totalement désintéressé. Un homme bon et généreux : il a même été caution de sa copropriétaire et employée lors de leur achat en commun de l’appartement de 174 m2, rue du Cirque à Paris. Mélange de genre pas très éthique.

Il n’a pas le droit d’être Maire, il se met adjoint ! Quel beau détournement de loi !

Un opposant le traitait de bernique, ne serait-ce pas plutôt une teigne ?

20 janvier 2020

Merveilleux Capitanio !

« Maisons-Alfort dabord » cest son slogan, la réalité cest « Capitanio dabord ! » 

« Jy suis né, jy vis, avec femme et enfant. Oui, jai un grand attachement pour Maisons-Alfort ».

Belle formule que nous entendons à toutes les élections. Même son mentor et patron déclare habiter Maisons-Alfort, alors quil réside depuis des années dans lappartement quil a acheté avec la Secrétaire de Mairie (cf. Article antérieur).

Ce nationalisme de clocher, les électeurs ne sy laisseront pas prendre. Si son parti lui proposait une place de député dans une autre circonscription, il y filerait vite fait !

« Si tu votes pour moi, jaime ma ville et je taime aussi ». Le grand bal des faux-jetons.


Paul Hisson

06 janvier 2020

Vive la critique, vive la censure !

Monsieur, vous êtes Maire par la grâce de votre prédécesseur, vous êtes Conseiller départemental par la grâce du même, enfin vous êtes attaché parlementaire du même encore !

Si vous vous permettez de ruer dans les brancards, vous n’êtes plus rien. Et votre indépendance dans ces fonctions ? Bonne année 2020 malgré les poids que vous traînez !

Vive la censure ! Texte envoyé sur le compte facebook de M. Olivier Capitanio. Texte enlevé trois heures plus tard... 

Vive la critique !





Olivier Capitanio

22 décembre 2019

Des panneaux solaires sur les écoles !

Ça cest une bonne nouvelle !

Il y a déjà la géo-thermie qui a servi à chauffer nombre de bâtiments sur la ville.

Cette même géo-thermie avait aussi servi à offrir à sa présidente, Claudine Pesqué, Secrétaire générale de la Mairie de Maisons-Alfort, de généreux émoluments supplémentaires en totale contradiction avec la loi.

Mais rien n’était assez bien pour cette dame co-propriétaire avec Michel Herbillon.

Au fait : a-t-elle restitué ces indemnités indues ?

Avec le photo-voltaïque, y aura-t-il les mêmes prébendes ? La faute aux photons !

11 décembre 2019

Les recettes de Tatie Claudine et du Mère Michel

Nouveau Reste au Rang - Recette de printemps🥣🍶🧂

  1. Prenez un cabri-dagneau, dolivier de préférence. Engraissez-le au secret air de mairie.
  2. Laissez le paître dans lassistance parlementaire, puis gavez-le dans le parc départemental.
  3. Quand il est suffisamment souple et attendri, quil sait les courbettes à donner et à recevoir.
  4. Il est à point pour être placé dans un fauteuil après avoir appris à marcher à la longe.
  5. Surveillez,  laissez mijoter six ans, ce qui peut paraître long.
  6. Arrosez votre cabri dagneau de bons crus de temps à autre.
  7. Ajoutez quelques sacs de ciment (ton pierre !)  pour lier la sauce.
  8. Vous retrouverez le cabri dagneau de votre enfance au goût de mère Michel et de Tatie Claudine.


Maire Miton