16 juillet 2019

Quand un député distingue les amoureux de la pédale


Nous supposons que les députés sont élus pour pondre des lois françaises.

Or nous apprenons que notre député demande que le Tour de France cycliste soit inscrit au patrimoine de l’humanité. Pourquoi pas les mangeurs de boudin, compétition émérite de la sympathique bourgade de Mortagne au Perche ?

Ce même élu pourrait demander que le Tour de France passe par l’avenue Gambetta à Maisons-Alfort où 3 ralentisseurs sont programmés : coût de l’opération 150 000 €. Alors que le " coussin berlinois " coûte de 2 à 3 000 euros l’unité.

Coussin berlinois en béton

Après les 290 000 € dépensés pour le terre-plein central d’une partie seulement de l’avenue du général Leclerc, nous savons que nos impôts ne sont pas utilisés inutilement !

Oscar Auprix-Gonflé

09 juillet 2019

Maisons-Alfort : un député qui se la coule douce


Il est parti ... mais il est toujours là ! Le maire démissionnaire ne veut pas quitter la scène. Toujours en photos dans les pages de la revue de propagande municipale, il se manifeste comme un chef aux séances de commission consacrée à l’urbanisme.

Alors qu’il n’a aucune délégation dans ladite commission, il relègue son successeur au rôle de figurant.  La promotion immobilière allant bon train, (chacun peut le remarquer), c’est le député qui décide de tout avec les promoteurs. Son successeur n’ose rien dire, puisqu’il doit tout à son ancien et toujours actuel maître, lequel en profite, et use - aux frais des maisonnais - d’une voiture avec 6000 km/an (mais qui vérifie ?)

Il use aussi des chauffeurs de la mairie lesquels sont usés ... Vive la vie publique !

 Jean Pile-Lautre
                                                                                                                                 

P.S 1. Wikipédia nous apprend que cet homme occupé ne participa que pour 62% au travail de l’hémicycle et des commissions. Vive l’absentéisme.
P.S 2. Le site nosdéputés qui enregistre l'activité des députés a comptabilisé 28 semaines de présence  en commission sur les 12 derniers mois (il fait partie des 150 députés les moins actifs dans ce domaine).




13 juin 2019

Fête des voisins : des invités pas vraiment bienvenus, les maires


Lors de la fête des voisins, telle qu’elle est relatée sur le site de la mairie de Maisons-Alfort, nous avons pu constater sur les photos que M. Herbillon sait toujours se mettre au milieu de la vue ne laissant que peu de place au maire actuel.
Nous avons aussi remarqué que le maire de Saint-Maurice s’est fait généreusement houspillé par les résidents de l’avenue du maréchal Leclerc à qui il fait cadeau du stationnement payant.
Ce nouveau maire a quitté en catimini la fête des voisins pour ne pas subir davantage.
C’est beau le courage d’un élu !
Mais diplomate, ce courageux s’est fait prendre en photo avant l’annonce du stationnement payant !
La politique est tout un art !!! Sourires, dissimulation, annonce et…fuite !



28 mai 2019

Révélation : monsieur de La Palisse était maisonnais

Vu dans un commissariat.


Une enquête de longue haleine menée par les fins limiers de notre police a abouti à une découverte qui fera date : la cave est au sous-sol.

11 mai 2019

Lutte contre le réchauffement climatique : que la mairie de Maisons-Alfort donne l’exemple


L’article de la libre expression des groupes politiques de la majorité municipale dans le numéro d’avril 2019 du bulletin municipal est consacré à la géothermie.

Y sont recensés tous les bienfaits de cette énergie qui, comparée à la funeste noirceur de l’énergie carboné, chauffe « plus blanc que blanc » quoiqu’un apport complémentaire en énergie classique est toujours nécessaire ne serait-ce que pour l’eau chaude sanitaire.

Tout écologiste pur sucre vous dira que, dans ce domaine, il convient d’abord de lutter contre le gaspillage. L’isolation des bâtiments participe de cette lutte. On dit que la perte de chaleur par les menuiseries mal isolées (fenêtres, portes) est d’environ 20%. Tout professionnel chargé d’établir le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) d’un appartement examine en premier lieu les ouvertures.

A observer les menuiseries de la mairie de Maisons-Alfort, on ne peut pas dire que la lutte contre le gaspillage soit une préoccupation pour le maire (pas plus qu’elle ne le fut pour son prédécesseur). On se demande même si nos édiles ne cherchent pas à conserver une trace de ce que fut la mairie du temps d’André Saulnier valeureux résistant et maire PCF de notre ville au sortir de la dernière guerre.

Il se dégage une impression de laisser-aller à moins que nos maires de droite souhaitent honorer ainsi leur ancêtre ; un témoignage pour l’histoire en quelque sorte.

Jean Rage

16 avril 2019

La bévue du maire de Maisons-Alfort


En prenant ses fonctions de maire de Maisons-Alfort, le nouvel édile a décidé de montrer patte blanche.

Pas comme le biquet de la fable du sieur La Fontaine car il n‘est nullement question de dévoiler ici une quelconque supercherie cachée. En réalité, il a décidé de marquer son territoire et se distinguer ainsi de son prédécesseur en introduisant une certaine clarté là où son mentor faisait preuve d’un obscurantisme affirmé.

C’est ainsi qu’il a décidé courageusement de tapisser nos trottoirs d’un goudron d’une couleur ocre clair. Les passants qui se rendent à la gare, rue Pierre Sémard, et arpentent ces trottoirs fraichement rénovés rencontrent régulièrement des techniciens de surface occupés à entretenir cette nouvelle moquette. Et comme dans tout appartement, c’est la shampouineuse qui est à l’œuvre.

Probablement que cet entretien impose un coût supplémentaire que la société chargée de la propreté de nos rues a dû réclamer. Mais quelle que soit la bonne volonté du technicien de surface, il est une constante : les salissures persistent et le revêtement ne cesse de se dégrader.

En voilà une idée ! Qu’elle est bonne.

Jean Tache