20 mars 2015

Le maire de Maisons-Alfort serait-il candidat aux départementales ?

C’est ce qu’on pourrait croire à la vision de l’affiche électorale qui présente les candidats de la majorité municipale autrement dit l’UMP. Un sigle désormais banni de toute publication depuis que l’affaire Bygmalion a entaché sérieusement la probité de ce parti ; il faut dire que la municipalité de Maisons-Alfort a apporté un concours sonnant et trébuchant en confiant la réalisation de son magazine à une filiale de cette société dans des conditions particulièrement troublantes (voir ici).
 
Le nom du maire plastronne sur les panneaux électoraux en gros caractères sur fond jaune, au point de reléguer les candidats à des rôles subalternes. Ils ne seraient donc pas suffisamment visibles pour se présenter sur leur propre nom ! Il leur faut un tuteur. Et pourtant, un précédent tract nous vantait leurs mérites ; « des élus de terrain que les maisonnais connaissent bien », expérimentés et qui ont accompli monts et merveilles pour le bien de la commune. Autant de fadaises que nous avons dénoncées dans un précédent article (voir ici). 
 
Et probablement conscient de leur faible impact dans la population, ne voilà-t-il pas que le maire diffuse une lettre à tous les maisonnais leur adjoignant de voter pour ses poulains. Ses toutous qu’il a choisis pour leur faculté à l’effacement tant il est vrai qu’à Maisons-Alfort, c’est les autres derrière et lui devant. Et que personne ne moufte, sinon c’est la porte ! On l’a vu dans le passé. Quant aux suppléants, c’est encore pire : on a nommé des conseillers municipaux qui avaient été ramassés par-ci par-là pour boucler la liste des municipales.
 

En ces périodes d’éclipse et de pollution de l’atmosphère, on ne risque pas un excès d’ombrage. Malgré tout, le maire veille à ce qu’aucune ombre portée n’obscurcisse son occipital que les poux ont déserté depuis des lustres, ni qu’une source lumineuse ne vienne provoquer un éblouissement malencontreux. Vue la qualité de son entourage, il ne risque rien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire