04 août 2014

Élections municipales à Maisons-Alfort : le maire sous la menace d’un recours

Prochainement, le tribunal administratif de Melun devra statuer sur un recours qui pourrait entraîner quelques désagréments au Maire. Dans une affaire comparable, les juges avaient estimé que les faits reprochés étaient suffisamment graves pour entraîner l’annulation de l’élection.


Il ne s’agit pas ici d’une protestation plus ou moins fantaisiste d’un candidat malheureux et aigri comme on l’a vu par le passé, mais l’action d’un citoyen, non engagé sur une liste, qui  reproche au Maire d'avoir utilisé le fichier des parents d'élèves de la ville pour leur adresser un courrier afin de les informer qu'il n'appliquerait pas la réforme des rythmes scolaires à la rentrée. Un dossier particulièrement sensible et très clivant qui n’était pas anodin dans une élection municipale.

Le maire a utilisé indument les prérogatives que lui accorde sa fonction pour s’adresser personnellement aux parents des 5 000 enfants environ qui fréquentent les écoles maternelles et primaires de Maisons-Alfort. Ainsi, il a enfreint son « souci de respecter l’égalité entre tous les candidats afin de se conformer à la lettre et à l’esprit de la législation en matière électorale », expression rituelle dont il nous bassine dans le magazine municipal à l’approche de chaque élection, pour s’excuser auprès des électeurs (les pauvres choux) de devoir les priver de sa bobine et accessoirement de ses éditoriaux insipides. Un laïus qui ne convainc que les imbéciles car quoi de plus électoraliste que de rappeler chaque mois aux électeurs qu’on est candidat ! Voilà un parangon de vertu démocratique qui n’a pas hésité à faire fi de ses supposés principes pour obtenir un avantage sur ses concurrents !

A la rentrée, le tribunal administratif dira le droit. Les vacances de Monsieur le Maire  seront-elles d’une grande sérénité.? Si ce recours est rejeté, vive Zorro, nous serons alors tenus informés... enfin !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire