04 juin 2014

Le maire de Maisons-Alfort viré comme un malpropre

Le député-maire de Maisons-Alfort, Michel Herbillon, a été la victime collatérale de la déchéance de son mentor Copé, Président de l’UMP. Secrétaire adjoint chargé d’on ne sait quoi à l’UMP, il a été débarqué avec toute la direction mise en place par Copé suite aux fausses factures et autres malversations dont la direction de l’UMP est accusée.

Les affaires louches ne se résument pas à la société Bygmalion qui, selon les dires du bras droit de Copé, avait facturé à l’UMP des prestations pour le compte de la campagne de M. Sarkozy. Des actions de formation hors de prix ou non effectuées, financées par des collectivités locales semblent avoir été données par l'Association Nationale pour la Démocratie Locale (ANDL), une officine dirigée par Mme Tabarot, secrétaire générale de l’UMP. Quant à Michel Herbillon, il est soupçonné d’avoir favorisé une filiale de la société Bygmalion pour l’attribution du marché de réalisation du magazine de la ville de Maisons-Alfort dont il est maire (voir ici). Voilà une fine équipe bien soudée ; d’ailleurs ils siègent côte à côte sur les bancs de l’Assemblée Nationale.

Les années et les présidents de la République de droite défilent et le maire de Maisons-Alfort n’a toujours pas dégotté un maroquin ministériel. A présent, ça urge. Copé, qui songeait à la présidentielle avant de se raser, en se rasant et rasé de près ne nous rasera plus avec ça. Quant à M. Herbillon, il semble que les carottes sont cuites pour lui. Il a misé sur le mauvais cheval.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire