14 juillet 2013

Maisons-Alfort : le mea culpa du promoteur immobilier (suite)

Chacun sait à Maisons-Alfort combien le maire est attentif à la détresse d’une catégorie de citoyens dans le besoin, particulièrement délaissée : les promoteurs immobiliers. Pour atténuer leur malheur, il n’hésite pas à leur céder des parcelles de terrain afin qu’ils puissent obtenir leur pitance quotidienne en plantant des euros qu’ils font fructifier avec, il faut le reconnaître, un talent de cultivateur de moins en moins répandu dans nos campagnes. Pas bégueules, ces derniers ne savent plus comment manifester leur reconnaissance à ce généreux samaritain.

C’est ainsi que, tels des galants énamourés, ils exhibent leurs plus beaux atours. Face à la mairie, sous les fenêtres du prétendant, ces Roméo transis n’ont pas hésité à jouer de la mandoline. Comme on l’a raconté, on a donc déroulé le tapis rouge et offert toute garantie de respectabilité et de bonne éducation en triant la clientèle via les ventes privées.
  
Patatras ! Le maire n’a pas apprécié la sérénade. A moins, qu’il ait considéré que ce déballage de sentiments était trop ostentatoire en période pré-électorale et que cela pouvait le desservir à l’heure où il convient de s’ouvrir au plus grand nombre. Adieu, tapis rouge, ventes privées et peut-être champagne rosé millésimé dans le secret des alcôves lors de la signature de l’acte de vente. On a décidé de faire peuple, au moins dans l’affichage.

Une satisfaction égoïste. Nous avons la prétention de ne pas être étranger à cette volte-face. Pour une fois qu’Alchamau peut caresser sa bosse avec satisfaction !!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire