18 avril 2010

Une absence

Dimanche 7 mars, Jacques Grilikhes nous a quitté dans la discrétion qui fut toujours la caractéristique de cet homme.

De juillet 1942, évitant la « rafle du vel’d’hiv » à la libération, c’est souvent sous un pseudonyme, (Michel Gaillard) qu’à l’âge de 16 ans, il a œuvré pour et dans la Résistance, à Toulouse et autour, puis à Paris.

Capturé, torturé, il a réussi, avec quelques compagnons d’infortune, à s’évader du train qui les conduisait à la mort (convoi n° 79, du 17 août 1944). Et retour à Paris, toujours dans la Résistance.

Sa vie professionnelle a repris, dans l’imprimerie, au sein d’une S.C.O.P. (société coopérative ouvrière de production) dont il fut le principal animateur.

Jacques Grilikhes fut promu dans divers ordres, dont celui de la Légion d’honneur, et, jamais, ne s’est prévalu de ces décorations, ni du pourquoi il les avait obtenues. Modestie toujours.

Beaucoup l’ont connu à Saint-Maurice où il a résidé, plus de trente ans avec Guilou son épouse, et leurs deux enfants, Alban et Elodie, puis à Maisons-Alfort, pendant environ dix années.

C’est avec plaisir aussi, et toujours avec discrétion, qu’il faisait profiter Al-cha-mau de ses conseils, et, avec chaleur, nous prodiguait son amitié. Nous regrettons celui qu’avec affection nous appelions « Mimi ».

Il y aurait beaucoup à dire encore sur cet homme de caractère qui a su rester modeste.*


* Jacques Grilikhes est cité, de nombreuses fois, dans le livre de Pierre Péan « Une jeunesse française ».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire