25 octobre 2019

Maisons-Alfort : La femme et le pantin qui tirent les ficelles


Oui - ou non, Herbillon est-il toujours là ? Nous savons qu’il a dirigé la commune d’une main de fer durant vingt ans. Dans son ombre, Claudine Pesqué, secrétaire générale de la mairie.

Cette dame, ainsi que nous l’apprend le Journal Officiel a été promue dans l’ordre de la Légion d’honneur en 2000, pour ses 21 ans au service de la collectivité (voir ici). Dans sa promotion, nous pouvons lire que c’est la seule a avoir été décorée pour si peu d’années de service. Nous pensons que cet honneur fut rendu possible grâce à l’entregent de son compagnon et maire.

Si nous ne devons pas nous immiscer dans la vie privée des élus, nous sommes cependant émus de la proximité entre certains !

Qu’on en juge : En 1998, Michel Herbillon et Claudine Pesqué ont acheté, en commun,  un appartement de 174 mètres carrés rue du Cirque à Paris. Alors, Michel Herbillon a demandé pour sa copropriétaire un hochet sous forme de ruban rouge. Sa manière à lui de l’honorer avant, rappelons-le, de lui offrir un somptueux pot de départ (avec une belle gratification au frais des contribuables, le personnel municipal et les élus rechignant à cotiser sur leurs deniers). Car si les députés ne peuvent pas faire travailler épouse ou enfant, rien ne les empêche de faire travailler leur co-propriétaire. Astucieux n’est-il pas ?

S’il n’est pas rare de constater, parmi les 36 000 communes de France, le maire et la secrétaire de mairie entretenir des relations plus qu’amicales, il est assez exceptionnel de les voir réunis dans des affaires immobilières.

Lorsqu’il en est ainsi, le citoyen est en droit de se poser des questions : « Que cache ce montage ? Pourquoi ce montage entre le « patron » et son employée ? »

Cet ex-Maire, toujours député, indique habiter Maisons-Alfort. Sur sa page « Facebook » (voir ici) jamais il n’a habité cette commune, son appartement est toujours vide. Ce n’est que sur Facebook qu’il y habite ! Ce député, bon citoyen, paye-t-il la taxe sur les logements vides ?

Et pour que sa gloire soit parfaite, un(e)de ses trois attachés(e)(s) parlementaires, est « directrice territoriale, fonctionnaire municipale » encore !

Mélange des genres, conflit d’intérêts, tout est réuni. Quand Maisons-Alfort sera-t-elle jumelée avec Levallois-Perret ?

Héguesi     Jean


Aucun commentaire:

Publier un commentaire