01 août 2018

Le square Jean Moulin près de la gare de Maisons-Alfort : un aménagement pour la galerie


Le maire actuel ou l’ancien (c’est pareil) vient d’aménager le square Jean Moulin situé près de la gare : un lieu très ombragé, véritable point de rencontre de boulistes qui trouvaient ici une occasion de taquiner le cochonnet.

Sans barguigner, le maire leur a supprimé ce lieu de convivialité (voir ici). On ne laisse pas un terrain sablonneux grisonnant au milieu de la verdure, que diable ! Que dirait la commission qui visite les communes avant l’attribution de la fleur d’or devant une telle faute de goût !

Car plaire à cette commission a été la seule préoccupation qui a guidé le maire. D’ailleurs, il ne s’en cache pas : le règlement du parc (toujours signé par M. Herbillon : quand le maire actuel coupera-t-il le cordon ombilical ?) mentionne les fleurs d’or attribuées dans le passé à la ville. Un règlement long comme un jour sans pain. Il mentionne une foultitude d'interdictions. Il aurait été préférable d'inscrire ce qui est autorisé, cela aurait été moins long.

Bien évidemment, comme dans toute nouvelle transformation d’un espace à Maisons-Alfort, le coin réservé aux enfants est réduit à la portion congrue quand il n’est pas supprimé. Ici, on ne s’est pas embarrassé d’en créer un. Aménager une aire de jeu pour les enfants est source d’ennui, de risque de dégradation. Et puis la vitalité des enfants, cela peut être dangereux pour une municipalité qui ronronne.


Certains, bien avisés du penchant de la mairie pour les têtes grisonnantes, vont selon les cas se plaindre ou se réjouir de la préférence accordée à cette catégorie de citoyens. Tout est fait pour leur être agréable. Ils vont pouvoir profiter de ce lieu ou s’y réfugier pour y trouver une fraîcheur bienvenue en ces temps où l’astre solaire se transforme en astre de feu.

Que nenni. Que dalle. Macache. Aucun espace pour eux. Pas un banc pour se reposer à l’ombre des arbres au milieu de la verdure. Un esprit supérieur a dû phosphorer longuement avant de décider l’installation de bancs sur le parvis de la gare, sur les pavés en plein soleil. En période de canicule, voilà une initiative originale !

Ce parc ressemble en tout point à un lieu de passage qu’on visite. Des chemins sous forme de caillebotis sont tracés. Toutefois, il manque des panneaux indiquant au visiteur le sens de la visite. Gageons que cet oubli sera rapidement réparé.

Voilà une opération qui, une fois de plus, a oublié les maisonnais. Sur ce point, c'est un formidable ratage. A quel prix ?

Nick Tonmer

Aucun commentaire:

Publier un commentaire