08 janvier 2015

Affaire du lycée Jean Jaurès à Charenton Le Pont (suite) : le maire perd les pédales

L’opposition que rencontre le maire à son projet de reconversion du lycée commence à lui chauffer les oreilles et le désir d’en venir aux mains le démange.

Il ne s’est pas privé de le faire savoir. Comme le lieu le plus emblématique pour le déclamer est l’hôtel de ville, c’est à la fin du dernier Conseil Municipal du 11 décembre 2014 qu’il a dit combien il détestait ces énergumènes qui osent s’opposer à son merveilleux programme immobilier. C’est ainsi qu’il a menacé de « casser la gueule » à M. Levi, citoyen courageux qui a organisé la contestation. Eu égard à sa profession d’architecte, il est à craindre (pour le maire) que M. Levi dispose de quelques arguments solides à faire valoir.

Comme par les temps agités qu’on vit, il semble que les menaces tendent à être mises à exécution, M. Levi a jugé bon de faire une petite visite amicale au commissariat de police local accompagné de quelques élus, témoins de la scène pour signaler qu’un enragé sévissait dans la ville et qu’il était urgent que la maréchaussée s’en inquiète.

A suivre.

De notre envoyé spécial Nick Tonmer

Aucun commentaire:

Publier un commentaire