25 février 2013

« Les misérables » version locale ou : « Dis, t’as pas cent balles » ?

C’est la demande que formule notre député dans sa lettre de janvier 2013.

Avec les 20 000 € qui lui sont alloués mensuellement pour son traitement, ses frais de représentation et ses Attachés parlementaires, sans compter ses indemnités de Maire, ce n’est pas assez ! Il en faut encore. Alors, pour défendre les intérêts de nos quatre communes, ce pauvre député qui confond les intérêts de la circonscription et ceux de la République fait de la retape. Pour ses intérêts de maire ? L’approche des prochaines élections le rend gourmand ! Le bulletin municipal lui sera bientôt fermé, alors reste cette lettre… et cette quête de fonds.

Cet élu « démuni » qui n’a de cesse de dénoncer les reniements du gouvernement, saura-t-il aussi dénoncer le renoncement de ce même gouvernement quant au cumul des mandats ? Non, ça il ne faut pas le critiquer ! C’est si bon !  Et il faudrait encore lui offrir de l’argent… Confondre ses intérêts de maire et de député si ce n’est pas du conflit d’intérêts… c’est quoi ?

Sur le même bulletin, nous avons aussi le plaisir de voir les compères Herbillon et Bretillon, fêter les « Petits Frères des pauvres », flûte de champagne à la main s’il vous plaît. Pour cette fête, y avait-il du caviar ? « A la vôtre pauv’ cons », ont-ils pensé ?

« Dis, t’as pas cent balles ? ».


C. Moalcha

Aucun commentaire:

Publier un commentaire