17 décembre 2009

Le maire de Maisons-Alfort défenseur de la veuve et de l’orphelin

La lecture du magazine municipal est une mine d’informations et de découvertes. Dans l’édito de celui de décembre 2009, les maisonnais pourront apprendre que leur ville est exemplaire dans le domaine de l’action sociale et pour la défense des plus démunis.

On ne rêve pas, c’est écrit : " c’est avant tout un esprit, solidaire, chaleureux et convivial qui guide l’ensemble des actions de la ville à l’intention de tous (..) et tout particulièrement des plus démunis". Et pour ceux qui en douteraient encore, la cruelle nouvelle est confirmée page 24 :"L’équipe municipale mène une politique active de solidarité pour aider les Maisonnais défavorisés, fragilisés et les familles modestes.". N’en jetez plus, la cour est pleine ! Quelle profusion de bonnes intentions ! Le maire serait-il prêt à s’acoquiner avec des va-nu-pieds ! Pire, va-t-il accorder un logement social à une famille ? On vous dit, une horreur !

Serait-il atteint par le virus H1N1 qui donnerait subitement ce regain d’humanité ? C’est encore la faute à Roselyne ! Une nouvelle victime collatérale des errements de la politique de vaccination ! Vite un coup de seringue avant qu’il ne perde complètement la tête !

Les habitants qui lisent " Le Parisien" ont appris qu’une employée communale de l’école maternelle des Planètes avait été expulsée de l'appartement où elle vivait avec ses 4 enfants de 4 à 11 ans. Hébergée chez ses beaux-parents, mère et enfants se sont retrouvés sans toit après qu’elle eut porté plainte contre des violences conjugales.

Depuis le 11 septembre 2009, elle erre de Villeneuve Saint Georges à Montgeron en passant par Paris, de logement d’urgence en logement d’urgence. Bien entendu, son employeur, le maire de Maisons-Alfort n’ignore rien de cette situation puisqu’il a été saisi par le collectif de soutien qui s’est constitué dans son école et qu’une demande de logement a été déposée auprès de l’office d’HLM de la ville dés février 2009. La file d’attente des demandes de logement doit être longue !

Et comme, il y a des demandes plus prioritaires ! Les bons copains...


Dans le magazine municipal, (journal gauchiste qu’il ne faut pas mettre entre toutes les mains), page 24, le maire conclut ainsi : "Bref, pour certains la solidarité est un thème de discours. A Maisons-Alfort, l’équipe municipale agit pour que ce soit une réalité au quotidien".

Cette annonce, c'est de l'effet d'annonce, du mensonge ou la méthode Coué ! Mais pour la solidarité, on repassera. Tout cela, c’était pour rire. Quel boute-en-train notre maire !

PS : Cette histoire fait penser à l’attitude du comique complexé trépidant qui s’ébroue à l’Elysée et ailleurs. A l’heure où son fils, cancre notoire de la fac de Nanterre, était pressenti pour le poste de Président de l’EPAD, dans un discours plein de convictions, le géniteur fustigeait les fils à papa qui ne fonctionnent qu’au piston et vantait les mérites de ceux qui réussissent grâce à leur travail et leurs compétences. Mais là aussi, c’était pour rire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire