27 février 2014

Le député-maire de Maisons-Alfort : un homme du genre à s’occuper du genre

Le député-maire de Maisons-Alfort a enfin trouvé une occupation à l’Assemblée Nationale ; une mission de la plus haute importance qui va laisser un souvenir impérissable dans l’hémicycle.

Victor Hugo avec son discours mémorable sur la misère n’a qu’à se rhabiller et l’éloquence inspirée de Jean Jaurès sur l’émancipation sociale des travailleurs, c’est de la roupie de sansonnet. Car voilà qu’arrive l’illustre Michel Herbillon, ci devant, député de la 8ème circonscription du Val-de-Marne en charge d’un dossier hautement stratégique pour la nation entière et plus précisément pour le devenir de nos chères petites têtes blondes. Son mentor Copé (le monsieur que 1% des sympathisants de l’UMP souhaiteraient soutenir comme candidat à la présidentielle) lui a demandé de s’occuper de l'enseignement de la théorie du genre dans l’éducation nationale. Et il a dit banco, tout surpris qu’on ait pensé à lui ; ils ne devaient pas être nombreux à l’UMP à vouloir s’engager dans une telle entreprise. Car depuis quelques temps, nos chers bambins sont devenus l’obsession de Monsieur 1%. Pour lui, ils sont l’objet de persécutions : les islamistes qui leur piquent le pain au chocolat en période de ramadan, les organisations associatives qui les incitent à la débauche en publiant des bouquins montrant des personnes nues. On dit même que des cours d’éducation sexuelle seraient dispensés en maternelle.  C’est sûr : la patrie est en danger !

Les socialistes sont en train de créer la confusion dans la tête de nos rejetons avec en premier lieu le chef de l’État, à qui certains membres du parti de Copé reprochent d’avoir été élu par défaut, oubliant que Copé a été élu président de l’UMP pour de faux après avoir fait défaut (à l’insu de son plein gré) sur la comptabilisation de certains votes émis dans nos îles.

Le chevau léger Herbillon se dévoue pour la cause. Lui qui s’est échiné sous les quinquennats de Chirac et Sarkozy pour être élevé au grade de ministre au point de risquer le torticolis pour paraître dans la lucarne à leur côté, ne voilà-t-il pas qu’il emboîte les guêtres crasseuses du sinistre Copé. Un personnage démonétisé, sauf pour ses copains qu’il arrose généreusement.

Au lieu de faire genre dans une mission inutile commandée par un personnage sulfureux, il existe un chantier de la plus haute importance à investir à Maisons-Alfort : celui de la mise en place des rythmes scolaires. Et là, le député-maire de la ville fait faux bond. Vite une commande de Copé !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire