10 juillet 2010

Moralité politique

Pendant que se déroule le feuilleton « Woerth-Bettencourt », il revient à Al-Cha-Mau, la mémoire de certains événements qui ont affecté nos communes de Maisons-Alfort, Charenton et Saint-Maurice qui subventionnaient une association gérée très…curieusement.

En 1996, un adjoint au maire, le premier s’il vous plaît, à Saint-Maurice, fut dénoncé par nous-même pour, soyons tendres, malversation(s).

Il fut même condamné, pour cela, à six mois de prison et à une amende… largement inférieure aux détournements. Une bonne affaire quoi !

Il ne pût payer, la mort l’ayant surpris avant le geôlier… Cela n’a pas empêché le Maire de demander une minute de silence en Conseil Municipal, ni de manifester sa présence chaleureuse au cimetière…

Ce même Maire, Christian Cambon, refusait de poursuivre son adjoint en justice, au motif que les détournements ne représentaient « que » 0,03 % du budget communal…

C’est-y pas beau un maire si compréhensif !

Au fait, à partir de quel pourcentage ce Maire, maintenant Sénateur, ne soutiendra- t-il plus son ministre ?

C. Moalcha


P.S. pour mémoire : cette association d’aide aux personnes âgées, percevait des subventions des trois communes et était dirigée et salariée par un adjoint au Maire (un mélange des genres).
La loi fait obligation aux magistrats que sont les Maires, de signaler au Procureur les faits délictueux dont ils ont connaissance. Ne pas le faire est une forfaiture.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire